legs like tree trunks october tour dates. art from @catsandkoalas

legs like tree trunks october tour dates. art from @catsandkoalas

@karlsspirit and a great dog

@karlsspirit and a great dog

splorin the abandoned el tracks

splorin the abandoned el tracks

doggie in the office

doggie in the office

normastale:

Il y a certains groupes pour lesquels je ne peux m’empêcher de visualiser des références en écoutant leur musique. Non pas que leur musique raconte une histoire particulière, mais ils m’évoquent tout simplement une ambiance souvent véhiculée par un film que j’ai vu, et souvent adoré.
Legs Like Tree Trunks fait partie de ce genre de groupe. Autant vous le dire, si j’ai écouté leur EP Futur Reference c’est juste parce que je trouvais la pochette jolie. Et puis les arpèges tout en douceur de la première chanson « Snowflake » m’ont emportés. Et là, je me suis trouvé projeté dans les meilleurs films indé américains de ces dernières années. Mais si, vous voyez de quels films je parle. Ceux qui sont bercés par cette contre-culture américaine à la sauce Douce Mélancolie de la Jeunesse. Citons Garden State ou encore Junopour les plus connus. Vous situez c’est bon ? Eh bien LLTK (ça va plus vite) c’est un peu ça. On aime écouter cet EP merveilleusement bien produit (chaque nuance de chaque instrument s’entend parfaitement), il nous rend heureux mais comme si nous étions heureux d’avoir eu le cœur brisé par exemple !
Les jeunes musiciens de Pennsylvanie ne sont pas les meilleurs musiciens du monde, mais ce qu’ils font, ils le font à merveille. La voix nous emporte loin pendant que l’entremêlement des guitares assaille avec délice notre esprit de mélodies accrocheuses. La basse soutient le tout pour donner le groove nécessaire aux chansons. Il y a évidemment cette influence indie-emo non négligeable qui apporte cette touche émotionnelle si forte et si particulière aux chansons et ce zeste d’influence underground ponctué par les gangs vocaux sur « WADM ».
Bien sur, comme pour chaque très bon EP qui se respecte, la dernière piste est une merveille. « Parked Cars » est planante à souhait et termine en fade down comme une caresse qui s’en va petit à petit.
Aujourd’hui je suis dans le Michigan, je suis loin des métropoles américaines et je fais tout pour jouir de ma jeunesse car cette innocence m’habite. Observer ce phénomène me donne également la mélancolie, provoquée par la conscience que cette innocence ne durera pas. Et Legs Like Tree Trunks arrive, enferme ça dans 5 morceaux et nous donne qu’une envie : repartir.

cute

normastale:

Il y a certains groupes pour lesquels je ne peux m’empêcher de visualiser des références en écoutant leur musique. Non pas que leur musique raconte une histoire particulière, mais ils m’évoquent tout simplement une ambiance souvent véhiculée par un film que j’ai vu, et souvent adoré.

Legs Like Tree Trunks fait partie de ce genre de groupe. Autant vous le dire, si j’ai écouté leur EP Futur Reference c’est juste parce que je trouvais la pochette jolie. Et puis les arpèges tout en douceur de la première chanson « Snowflake » m’ont emportés. Et là, je me suis trouvé projeté dans les meilleurs films indé américains de ces dernières années. Mais si, vous voyez de quels films je parle. Ceux qui sont bercés par cette contre-culture américaine à la sauce Douce Mélancolie de la Jeunesse. Citons Garden State ou encore Junopour les plus connus. Vous situez c’est bon ? Eh bien LLTK (ça va plus vite) c’est un peu ça. On aime écouter cet EP merveilleusement bien produit (chaque nuance de chaque instrument s’entend parfaitement), il nous rend heureux mais comme si nous étions heureux d’avoir eu le cœur brisé par exemple !

Les jeunes musiciens de Pennsylvanie ne sont pas les meilleurs musiciens du monde, mais ce qu’ils font, ils le font à merveille. La voix nous emporte loin pendant que l’entremêlement des guitares assaille avec délice notre esprit de mélodies accrocheuses. La basse soutient le tout pour donner le groove nécessaire aux chansons. Il y a évidemment cette influence indie-emo non négligeable qui apporte cette touche émotionnelle si forte et si particulière aux chansons et ce zeste d’influence underground ponctué par les gangs vocaux sur « WADM ».

Bien sur, comme pour chaque très bon EP qui se respecte, la dernière piste est une merveille. « Parked Cars » est planante à souhait et termine en fade down comme une caresse qui s’en va petit à petit.

Aujourd’hui je suis dans le Michigan, je suis loin des métropoles américaines et je fais tout pour jouir de ma jeunesse car cette innocence m’habite. Observer ce phénomène me donne également la mélancolie, provoquée par la conscience que cette innocence ne durera pas. Et Legs Like Tree Trunks arrive, enferme ça dans 5 morceaux et nous donne qu’une envie : repartir.

cute

these baby girls and boys really love joyce manor and stage diving and getting in the way hehe

these baby girls and boys really love joyce manor and stage diving and getting in the way hehe

#tbt uk livin too many hats

#tbt uk livin too many hats

Tags: tbt

tim came to visit!

tim came to visit!

spacejamsessions:

Legs Like Tree Trunks. Watch their session  here

spacejamsessions:

Legs Like Tree Trunks. Watch their session here

(Source: spacejamsessions.com)

theinexperiencedmusic:

This is real life. Find yourself some satisfaction.

theinexperiencedmusic:

This is real life. Find yourself some satisfaction.